Google+ Followers

dimanche 22 mars 2015

Une lettre de François Béranger (avril 1998) à propos de "Poste mortem"


Photo Pascal Appourchaux
Dans cette lettre, datée du 6 avril 1998 et également adressée à Simone Dubois, la Petite Tueuse Tranquille [et quasiment co-auteure] de Poste mortem (dans lequel figuraient en exergue quelques lignes de sa merveilleuse chanson Tranche de vie), François Béranger, évoquant les "charters de Chevènement", m’écrivait "Vingt ans de moins, je pars en Australie." Qu’est-ce qu’il dirait, Béranger, s’il voyait ce qui se passe maintenant dans notre douce France post-sarkozyste !
Dix-sept ans plus tard, je n’ai toujours pas suivi le conseil de lecture de l’ami Béranger. La vie sur terre (réflexions sur le peu d'avenir que contient le temps où nous sommes), de Baudoin de Bodinat (L’encyclopédie des nuisances), qui pose la question, ma foi assez pertinente : "Et si la fin du monde avait déjà eu lieu?" C’est peut-être le moment ?