Google+ Followers

mardi 31 mai 2016

Quelques minutes d’inhumanité dans le métro parisien (quelque chose de bénuchot)

La scène ci-après racontée n’est pas extraite de mon roman L’esprit Bénuchot, mais relate une situation (assez horrible humainement) vécue le vendredi 27 mai 2016 à 19h30, sur la ligne 13, quelque par entre Mairie de Saint-Ouen et Place de Clichy. Elle illustre néanmoins assez fidèlement la démarche du bonhomme, qui consiste à aller vers les gens, surtout quand on ne lui demande rien, et à remettre certaines choses en place…

Vendredi 27 mai 2016, 19h30. Ligne 13.
Wagon bondé. Un homme monte dans la rame. "Pardonnez-moi de vous déranger, je suis à la rue, je fais la mendicité, etc, etc" Occupé à envoyer un texto, je ne fais pas attention à lui. Tout à coup, des éclats de rire derrière moi. Je lève le nez de mon téléphone. Le mendiant est soumis à la question par un voyageur.
– Et que vas-tu faire de cet argent si je te donne de la thune ? Tu vas t’acheter de la drogue, c’est ça ?
Je range mon portable, je me retourne. Le mendiant est tout près de moi. Grand, maigre, le teint cireux, anorak, pas plus de vingt-cinq ans. Il n’a pas l’air en très grande forme. Il bafouille.
– Non, je, euh… À manger. Des fruits. Un sandwich.
– Tu vas t’acheter de la drogue, arrête tes conneries !
– Mais non, je…
– Mais si, tu vas t’acheter de la drogue !
Le jeune homme balbutie. Les rires redoublent. Ça commence à ressembler à un sketche pour public de Cyril Hanouna. Je me retourne. Le public : des hommes. Tous Noirs et baraqués. Au début, j’ai pensé que les rieurs étaient les potes du type, mais non.
– Mais oui, tu vas t’acheter de la came, mon gars…
Le salaud. Un jeune mec. Arabe. Trente ans. Me fait penser au supporter du PSG que j’ai vu l’autre soir gueuler : "L’OM, on t’encule !" en donnant un coup de pied dans un panneau. Le mec y va à la mitrailleuse.
– Je filerai pas d’argent à un mec qui va s’acheter de la drogue, désolé.
Les rires sont contagieux. Ça commence à bien faire. D’autant que le SDF, au lieu de s’éloigner, reste scotché à son agresseur. Je me lève comme une toupie, je regarde l’enfoiré dans les yeux.
– Tu veux pas fermer ta grande gueule, dis ! Personne ne te force à lui donner de l’argent. Et ce qu’il en fera ne te regarde pas !
Le gugusse est surpris par mon ton véhément. S’en suit un dialogue de sourds dans la rame à l’arrêt. Les voyageurs ne mouftent pas. C’est toujours cela qui m’étonne le plus dans ce genre de situation. Le silence total. Certains arrivés en cours de route se demandent pourquoi je vitupère. J’en remets une couche. Le jeune SDF est tellement effrayé qu’il renonce à continuer à faire la manche. Il s’apprête à descendre. Je le retiens par la manche (ah, ah!).
– Non, attends, je vais te donner un peu de fric.
– Ah, ah, tu vas lui donner du fric ! Et pourquoi tu lui a pas donné avant, ah, ah ! Et il va s’acheter de la drogue, tu vas être content…
Je sors mon portefeuille. Je n’ai qu’un billet de 10 €. Je le tends au jeune mec, qui me regarde avec des yeux ébahis, l’air de dire, non, c’est beaucoup trop.
Je lève mon billet vers le salaud.
– Tu vois, mec, grâce à ta connerie, il aura encore plus d’argent pour s’acheter de la drogue. 10 €. Prélevés sur mon RSA.
– C’est ça. Il va remplir son frigo avec de la drogue !
– Et toi, tu devrais remplir ton cerveau avec des neurones. Si tu sais ce que c’est.
 Les Noirs rigolent mais le rire a changé de camp. Le gugusse continue à déblatérer.  (Il est un chouïa simplet, mais cela ne change pas grand-chose au problème.) Avant de descendre sur le quai, le jeune gars me fait coucou de la main, avec un sourire triste. Le métro repart. Un autre jour, je serais descendu avec lui pour faire un brin de causette, mais bon, je ne suis pas dans un jour tout à fait bénuchot. Avant de quitter la rame à la station suivante, je lance au type, qui continue à déblatérer :
  – Je te souhaite de te retrouver un jour à la rue comme lui. Bouffon !
Bouffon, c’est comme crétin. Ça soulage celui qui le dit, et ça calme celui qui l’est.

3 commentaires:

Serge Quadruppani a dit…

Le problème du métro, c'est qu'on ne sait jamais à qui on a affaire autour de nous. J'aurais bien des histoires de ce genre à raconter, dont certaines où je me suis retrouvé en très mauvaise posture. Mais on ne peut pas ne pas intervenir, on se sentirait trop mal si on laissait faire. JJR, mon Don Quichotte préféré.

Laurence Warot a dit…

C'est bien ce que tu as fait. Surtout avec ton RSA! Enfin j'espère qu'on est pas mal à intervenir dans ton sens. j'espère!

urgent plombier paris 15 a dit…

C'est aussi ironique triste mais je pense qu'il faut intervenir !
C'est formidable ce urgent Plombier Paris 15 que tu as fait .
Merci d'avoir partager ça avec vous !!
Bonne soirée !