Google+ Followers

lundi 28 décembre 2009

Fondu au noir : un roman pour les fondus de cinoche

Ce roman a connu un trajectoire étrange. Refusé par une trentaine d'éditeurs (de même que mon premier roman Pain perdu chez les Vilains), c'est pour le publier que j'ai créé en 1992 les éditions Canaille, qui publièrent 22 titres, dont le mythique Spinoza encule Hegel de Jean-Bernard Pouy, et des auteurs comme Michel Chevron (dont le prochain roman, Icône, sort en avril 2010 aux éditions Après la Lune, qui redémarrent après deux ans d'inactivité).
Il a, depuis, été réédité chez Baleine, dans la collection Instantanés de polar (dirigée à l'époque par Hélène Bihéry), puis chez Gallimard (Folio policier). Mûri dans les années 80, à l'époque où j'étais ouvreur au cinéma le Lux, à Caen, Fondu au noir, c'est l'histoire de Samuel Flicker, ouvreur de cinéma à Tucson (Arizona) devenu aveugle à force de séjourner dans les salles obscures, et qui va, pour son malheur, rencontrer la très belle Molly.

Aucun commentaire: