mercredi 15 avril 2020

Mise en garde à vue lors de la visite de Macron à Mulhouse, Maré Ndiaye, aide-soignante, poursuivie pour outrage et rébellion. Procès le 4 septembre à Mulhouse.

La morgue d’un président désincarné, déshumanisé. La lumière et l’humanité de celle qui sauve des vies : Maré Ndiaye.
Souvenez-vous. C’était le 25 mars 2020. Emmanuel Macron était à Mulhouse pour la grande opération de com’ autour de ce fabuleux hôpital de campagne doté de trente lits, que les Chinois (dit-on) nous envient. Les personnels soignants venus dire leur exaspération et leur mécontentement au président avaient été soigneusement tenus à l’écart derrière les grilles protégeant la marionnette masquée Macron et sa misérable opération de propagande.
Parmi eux, Maré Ndiaye, aide-soignante, un peu plus en colère que les autres, comme on peut le voir sur cette vidéo, qui s’arrête au moment où elle va être interpellée (en présence de manifestants étrangement passifs et peu solidaires).

Pour avoir crié sa colère et tenté d’interpeller Macron, cette aide-soignante de Reidisheim a été interpellée, frappée et mise en garde à vue par trois policiers, Jean-François Legrand-Desmery, Jessica Boulanger, Stéphanie Bauer, qui l’accusent de leur avoir dit : « vous êtes des chiens ». Et comme nous sommes en France, ce merveilleux pays où les victimes de violences policières sont systématiquement poursuivies par leurs bourreaux, elle est convoquée le 4 septembre 2020 à 8 h 30 devant la chambre 120 du tribunal correctionnel de Mulhouse, pour répondre du délit d’outrage.
Elle est également accusée d’avoir, « seule et sans arme, opposé une résistance violente lors de son arrestation » aux mêmes  Legrand-Desmery, Boulanger et Bauerce. Ce qui semble indiquer que le délit de rébellion sera retenu.
[Pour en savoir plus sur ce délit inique, dégueulasse, typiquement français, dont nous redemanderons la dépénalisation à l’occasion du procès de Maré Ndiaye, se reporter au site du CODEDO, que j’entretiens depuis maintenant… douze ans.]

Dans cette seconde vidéo de vingt minutes, Maré Ndiaye dit sa souffrance, sa colère, son indignation, son incompréhension, avec une dignité et un infini respect. Le respect des gens qui soignent. À l’opposé de la brutalité de ceux qui cognent, dont on rappellera qu’on les appelle en argot les cognes. Et de leurs donneurs d’ordre politiques aux mains tachées de sang.
Tout un symbole, les mains ! À plusieurs reprises, Maré montre ses mains, ses belles mains qui soignent et qui « donnent de la valeur à l’humain ». À l’opposé – tant pis si je me répète un peu – des mains rudes et crasseuses des Macron-Castaner-Lallement, et de tous ces préfets, procureurs et autres larbins d’un capitalisme mortifère qui nous a mené à la catastrophe que nous sommes en train de vivre.

Je reprends ci-dessous [17’] quelques-uns des propos poignants, parfois naïfs, de cette femme – notamment quand elle s’adresse à son homonyme Sibeth Ndiaye, ne pouvant imaginer à quel point la porte-parole de Macron au salaire de 9500 € par mois [cinq fois la paie d’une infirmière !] et dont vous apprendrez, si vous cliquez ici, pourquoi elle est devenue ce qu’elle devenue, doit bien se contreficher de sa douleur. Et s’en laver les mains. Les mains, toujours les mains…

Maré Ndiaye. Je respectais les hommes politiques, mais maintenant j'ai des doutes. On a l’impression qu’on n’est pas des humains. (…)
Ils m'ont plaqué par terre, ils m'ont mis des coups de pied sur le dos, dans la voiture des policiers, j’avais tellement mal au ventre que j’ai dit que j’étais enceinte pour qu’ils lèvent la pression. Je dis que c’est honteux de faire ça à une soignante.
Je ne vous dirai pas merci d’être venu à Mulhouse, monsieur Macron, parce que vous n’avez même pas écouté les soignants.
J’attire aussi l’attention de Mme Ndiaye, votre porte-parole, car elle ne doit pas être à l’aise. Ça doit être lourd de ne pas dire la vérité, de mentir tout le temps tout le temps. Je sais que vous ne devez pas être heureuse d’exercer vos fonctions, que ça ne doit pas être facile pour vous. Je tenais à vous faire partager ma souffrance. Ma souffrance, ils ne vont jamais vous la dire. Maintenant, je vous ai tout dit, j'espère que cette vidéo va être diffusée partout. Si j’ai souffert aujourd'hui, j'ai souffert au nom de tous les soignants.

LIRE AUSSI :


Pulsions. Camélia Jordana, Christophe Castaner, Philippe Besson : la vie, la mort et le néant (#67) / Le trombinoscope des 29 députés demandant l’interdiction de publier des photos des policiers dans les médias (#66) / La littérature est morte, vive la littérature ! par Louise Chennevière (#65) / Georges-François, le préfet-gugusse du 9.3 qui refuse que les habitants de Saint-Denis profitent de leur jardin public (#64) / 10 bonnes raisons de soutenir les soignants des hôpitaux Tenon et Robert-Debré (#63) / Bientôt, les goélands danseront sur les cadavres de Castaner et Lallement (#62) / Où sont les masques ? Olivier Ancel, libraire à l’Amour du noir, passe aux aveux (#61) / Aujourd’hui, j’ai dû interdire à des enfants de 4 à 7 ans de jouer au ballon et de s’assoir côte à côte (#60) / On ne vous a pas appris la politesse, à l’école de police ? (#59) / Classement ®ConfinFrance des préfets préférés de Castaner. Didier Lallement écrase la concurrence ! (#58) / Déconfinés déconfits : de la distanciation sociale aléatoire (#57) Y en a un peu plus, je vous le laisse ? (#56) / Les 55 jours du pékin (#55) Rentrée scolaire. L’arme secrète de Jean-Michel Blanquer pour éviter aux enfants de postillonner (#54) / 


Quand l’État liquidait le très efficace EPRUS (Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (#53) / Et vous arrivez à dormir la nuit, Agnès Buzyn ? (#52) Quatre flics contents d’avoir mis une amende de 135€ à une veille dame qui remplit son attestation au crayon à papier (#51) /Sous la plage, les pavés. Le 11 mai, tous à la plage pour dire merde à Macron (#50) / Et maintenant ? De la résilience à la résistance, par Alain Bertho, anthropologue (#49) Paris 11e, la balade d’un confiné, expo-photo de Alain Caron (#48) / La dame qui cherchait des fleurs à l’ombre de l’usine d’incinération des ordures (#47) On ne veut plus de leur monde, par Val du Faure (#46) / L’Ange exterminateur. 58 ans avant le Covid-19, le film de confinement de Luis Buñuel (#45) / Je venais de nourrir les renards du Père Lachaise quand les flics me sont tombés dessus, par Jules Bénuchot (#44) / Macron, tes jours heureux, tu peux te les mettre quelque part ! (#36) / La prophétie du canard madré (#34) / Les grandes questions survivront-elles au Covid-19 ? (#25)

23 commentaires:

Unknown a dit…

On voit la direction que prend le journaliste c'est assez minable et le respect n'est pas la
Je pense qu'on t'appelle monsieur donc c'est monsieur Macron
Petit journaliste

martine a dit…

pays de merde!!!!!!!!!!!!!!!

CHEVEREAU a dit…

Je pense que ces hommes ne pensent pas que cette femme est épuisée par le travail à l’hôpital. C'est minable, quand on voit ce qui se passe dans tous les services donnez leurs plus de moyens et un salaire correct.

Jean-Jacques Reboux a dit…

A l'attention de Unknown, qui me traite de "petit journaliste" : je ne suis pas journaliste. Je suis juste quelqu'un qui tient un "journal". Si vous aviez un gramme d'intelligence, vous vous en seriez rendu compte en regardant l'historique de mon blog
Et plutôt crever que d'appeler Macron "Monsieur". Je suis bien gentil de vous répondre car, en général, je ne réponds pas aux courageux anonymes. Bonne journée, et n'oubliez pas de déconfiner votre cerveau, ça vous fera le plus grand bien !

Unknown a dit…

Pour l'appeler Mr faudrai-t-il qu'il le mérite,il lui manque l'honneur de la FRANCE.

Tringles a dit…

Bravo, vous avez parfaitement répondu à ce petit minable qui se cache dans l'anonymat

Philippe a dit…

Excellent

Jeannelle a dit…



Elle crie sa souffrance, cela s'appelle le Burn out (l'épuisement professionnel) Apparemment elle seule et pas de collègues pour la soutenir, celui ou celle qui filme sont en train de rire, c'est lamentable, ils auront peut-être besoin un jour de l'aide de ces soignants indignés et épuisés pour être soigner.....

Unknown a dit…

Ce sont des Trolls, Jean-Jacques, des gens qui cherchent des noises pour pourrir tout ce qu'ils trouvent contre Macron (sans le "monsieur" qu'il ne mérite pas).
Perso, me suis fait frapper par trois flics lors d'une manif, alors que j'étais dos aux flics, en train de rigoler avec des copains, contre un mur. Pas vraiment menaçant donc.
Tout ce qui se passe aujourd'hui est en conséquence de ce qui s'est passé, avec les Gilets Jaunes depuis plus d'un an.
Oublie pas que Macron et Castanner ont fait acheter pour plus de 200 millions d'euros de balles LBD et de grenades désencerclantes contre les manifestants.
Voilà le pays où l'on vit aujourd'hui! On frappe les infirmières, on frappe les manifestants et on fait le rigolo à la téloche.
Vivement les élections!
(PS très bon blog)

jackyt71 a dit…

Débile...euh Monsieur débile.

Unknown a dit…

Macron ne mérite pas d'être appelé monsieur...il est narcissique prétentieux imbu de sa personne il étouffe la France avec sa clique de ministres nous prennent pour des idiots

Lulu a dit…

Et vous un trouduc qui n a même pas le courage de mettre son nom
Mr connard

Unknown a dit…

Honte à Macron et toutes sa bandes!!!! Merci pour ton action!!!! Courage à toi notre soeur! Tu dois être soutenu!!!! Tu as écouté ton coeur! Un jour ils paieront!!!

mele a dit…

Vous avez fait preuve d'un grand courage , Beaucoup de considération pour vous , pour votre courage , votre travail je ne peux que remercier tous les soignants contrairement à notre gouvernement. Michèle Guillaume

SittingBull Jack a dit…

Le respect, Monsieur, puisque vous voulez du Monsieur, c'est de commenter sous son vrai visage et pas incognito...Alors avant de donner des leçons aux autres, commencez par avoir les cuisses propres vous même !!!

Babouchkabab a dit…

Oui, je suis vraiment étonnée de l'inertie qui est autour d'elle et de tout ce monde qui laisse faire cette ignominie. Je ne vois pas non plus en quoi les propos de Maré Ndiaye sont naïfs ... je trouve personnellement qu'ils viennent des tripes et sont pertinents. Merci de ce post que je partage.

Jean-Jacques Reboux a dit…

Babouchkabab : c'est juste le passage où elle parle de Sibeth Ndiaye que j'ai trouvé "naïf" de sa part. (Qu'on puisse encore croire que cette marionnette de Macron ne soit pas là pour autre chose que semer une certaine diversion chez les Français… en nous faisant perdre notre temps sur les réseaux sociaux… Moi le premier… À mon avis, elle n'a été nommée par Macron que pour cela.) Pour le reste, évidemment, son témoignage est plus que pertinent (et résume tellement bien le mépris de ce pouvoir infâme), ce pourquoi je l'ai partagé. Aucun média n'en a parlé. Mais déjà 98.000 visites sur mon modeste blog.

Unknown a dit…

monde de merde ...

Unknown a dit…

Mon amie, je suis sous le choque de ce qui t'arrive.. Je suis de tout cœur avec toi et je te soutient. Ce qui t'es arrivée et honteux ..j'espère que tu n'en resteras pas là.. Bon courage

Unknown a dit…

quand on les écoutent personne a voté pour macron mais bon il est quand meme sorti !! soit les votes on été truqué ou alors?? eh bien il faut assumer maintenant!! la prochaine fois réflèchissez avant de voter!! et s'est pas fini de voire des comportements pareil. courage a cette femme et de ne pas en rester la

boblise03 a dit…

je suis exactement dans cette appréciation, car même si macron saute au prochaine élections présidentielle, les français en remettrons un autres semblable c'est a dire la droite, l'extrême droite ou les socialiste alors que tous ont fait leur preuve, même l’extrême droite en sont temps sous Pétain. que peux attendre le peuple de cette "racaille"

Liberta a dit…

Et bien j'espère qu'il ne finira pas sont quintena sinon la France bien basse sera définitivement perdu.




Nyls Floki a dit…

Macron est une sous merde. On devrait l'appeler ma-crotte. Monsieur est un titre de respect, et ne revient qu'aux gens respectables. Devons nous rappeler les barbuses qu'il emploie ? Les cadeaux fiscaux fait aux plus riches, la baisse des retraite. Il prends le peuple pour des esclaves avec l'uberisation de la société, et chouchoutte les grands groupes pour ne pas les froisser. Je n'aurai jamais aucun respect pour qqn qui baisse son froc dès qu'on lui tend une liasse bien épaisse. C'est notre fric qu'il dépense dans ses dîners, en laissant crever les institutions publiques.
Madame Ndiaye Maré, je vous respecte pour le courage et la dévotion dont vous avez fait preuve.